Qui vivra? – « Who by fire » et ountané tokef

Comment envisager la fragilité de nos vies?  » D’où venons-nous », « où allons-nous », ces questions qui nous dépassent sont détournées dans le judaïsme au profit de questions plus concrètes: entre notre naissance et notre mort, dans le domaine que nous connaissons, que faisons-nous pour vivre vraiment?

Les offices de Roch hachana et de Yom Kipour ainsi que les seliHot nous permettent de donner toute sa puissance à ce questionnement. En ces moments, nous créons un cadre qui nous pousse par tous les moyens à nous confronter à l’essentiel.

La prière « ountané tokef » est un élément important de ce dispositif, en voici le midrach moderne tel qu’il a été écrit et chanté par Léonard Cohen.

——

Qui par le feu ? Qui par l’eau ? Qui au grand soleil ? Qui dans la nuit ?
Qui par grand épreuve ? Qui par jugement ? Qui en ton joli, joli mois
de mai ? Qui par lente déchéance ? Et qui appelle, le dirais-je ?

Qui dans sa fuite solitaire ? Qui par les barbituriques ?
Qui dans ces royaumes de l’amour ? Qui par quelque chose d’émoussé ?
Qui par l’avalanche ? Qui par la poudre ? Qui pour son appétit ?
Qui pour sa faim ? Et qui appelle, le dirais-je ?

Qui par courageuse montée ? Qui par accident ? Qui en solitude ?
Qui en ce miroir ? Qui sur l’ordre de son amie ? Qui de sa propre main ?
Qui en des chaînes mortelles ? Qui au pouvoir ? Et qui appelle,
le dirais-je ?

——-

And who by fire, who by water,
Who in the sunshine, who in the night time,
Who by high ordeal, who by common trial,
Who in your merry merry month of may,
Who by very slow decay,
And who shall I say is calling?And who in her lonely slip, who by barbiturate,
Who in these realms of love, who by something blunt,
And who by avalanche, who by powder,
Who for his greed, who for his hunger,
And who shall I say is calling?And who by brave assent, who by accident,
Who in solitude, who in this mirror,
Who by his lady’s command, who by his own hand,
Who in mortal chains, who in power,
And who shall I say is calling?

2 commentaires sur “Qui vivra? – « Who by fire » et ountané tokef

  1. J’avoue une certaine perplexité devant les paroles de cette chanson… l’intention de L. Cohen était-elle vraiment d’écrire un midrach? ou est-ce une appréciation portée a posteriori?
    Je me pose encore une question: « qui » c’est un autre ou c’est moi-même?
    Belle chanson qui nous aide à nous confronter à l’essentiel, comme vous le dites, Floriane, dans votre introduction.
    Merci!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.