Bar/Bat Mitsva, toute la famille doit grandir! Retour vers le futur dimanche matin 11h10 à Nation

Pas facile de vivre les grandes transitions de la vie!

Que représente la Bar/Bat Mitsva pour nos jeunes? Que représente-elle pour la famille? Quels sont les grands changements? De quelle façon la tradition juive nous accompagne-t-elle au cours de ces événements?

Ces questions seront les nôtres, ce dimanche, à Ganénou. Si vous désirez faire votre Bar/Bat Mitsva, si vous êtes parent ou grand-parent, si vous vous intéressez à la façon dont la tradition juive nous guide dans les grandes étapes de la vies, ce cours est pour vous.

Dans un esprit interactif, chacun.e aura l’occasion d’élaborer sa propre vision des grands changements de la vie, de la naissance à la responsabilité adulte.

Nos traditions nous accompagnent tout au long des grands événements de la vie. La naissance est bien évidemment l’un des grands rendez-vous traditionnels, avec la brit mila, la simHat bat, le rachat du premier né et la présentation à la synagogue. La majorité religieuse est marquée par l’entrée dans le commandements et la responsabilisation du jeune, garçon ou fille, célébrant la bar/bat mitsva, avec lecture de la Torah, direction des prières et enseignement.

Si vous voulez accéder à des questions sur ces sujets, cliquez sur le lien suivant.

Pour télécharger la feuille de travail, cliquez ici: brit-mila-parents 02 2020

NB: accueil dés 11h, Les portes fermeront à 11h15.

 

 

Paracha Bo: Sommes-nous des menteurs ? Sortie d’Egypte, critique biblique mensonge, et liberté

Retour de la Paracha en vidéo sur la chaine youtube de JEM (abonnez-vous pour retrouver nos commentaires filmés). Voici la vidéo, ainsi que son contenu en version texte. Chabbat Chalom!

La vérité a beaucoup de crédit. Quelqu’un de bien ne dit pas de mensonges. Vraiment ? Cette position reflète-t-elle l’éthique juive ?

Si un mensonge est « l’énoncé délibéré d’un fait contraire à la vérité », notre paracha nous recommande précisément de mentir :

Exode 13 :7
On se nourrira de pains azymes durant ces sept jours; et l’on ne doit voir chez toi ni pain levé, ni levain, dans toutes tes possessions. 8 Tu donneras alors cette explication à ton fils: ‘C’est dans cette vue que l’Éternel a agi en ma faveur, quand je sortis de l’Égypte.’ 9 Et tu porteras comme symbole sur ton bras et comme mémorial entre tes yeux afin que la doctrine du Seigneur reste dans ta bouche, que d’un bras puissant, l’Éternel t’a fait sortir de l’Égypte.

ז מַצּוֹת, יֵאָכֵל, אֵת, שִׁבְעַת הַיָּמִים; וְלֹא-יֵרָאֶה לְךָ חָמֵץ, וְלֹא-יֵרָאֶה לְךָ שְׂאֹר–בְּכָל-גְּבֻלֶךָ. ח וְהִגַּדְתָּ לְבִנְךָ, בַּיּוֹם הַהוּא לֵאמֹר: בַּעֲבוּר זֶה, עָשָׂה יְהוָה לִי, בְּצֵאתִי, מִמִּצְרָיִם. ט וְהָיָה לְךָ לְאוֹת עַל-יָדְךָ, וּלְזִכָּרוֹן בֵּין עֵינֶיךָ, לְמַעַן תִּהְיֶה תּוֹרַת יְהוָה, בְּפִיךָ: כִּי בְּיָד חֲזָקָה, הוֹצִאֲךָ יְהוָה מִמִּצְרָיִם.

Êtes-vous réellement sortis d’Egypte ? Ce n’est en tout cas pas mon cas, je n’ai jamais été esclave en Egypte, je n’ai pas connu Pharaon, je n’ai aucunement contribué à la construction des pyramides.

Il m’est ordonné par la torah de « dire à mes enfants en ce jour : c’est pour cela que l’Eternel a agi ainsi pour moi lorsque je suis sortie d’Egypte ».

La loi juive également (le 21e du livre de l’Exode selon le sefer haHinouH rédigé au 13e siècle) : « raconter la sortie d’Égypte le 15 Nissan ». (pour un guide raccourci et des sources sur pessah, voir ce lien : https://rabbinchinsky.fr/pessah/)

Il m’est donc enjoint d’énoncer délibérément un fait contraire à la vérité ! Comment est-ce possible ?

Cela semble paradoxal, car nous savons toute l’importance que notre tradition attache à la parole, l’interdit du « mauvais langage » (lachon hara, לשון הרע) est fondamental, deux des dix paroles sont des lois concernant la parole, l’interdiction de prononcer le nom de « dieu » en vain et l’interdiction de porter un faux témoignage contre son prochain, il est interdit de tromper quelqu’un, et enfin, nous avons l’obligation d’utiliser un « bon langage », celui des bénédictions. A travers les « barouH ata adonaï » (  XXXX ברוך אתה      ) que nous prononçons, nous disons ce qui est de façon positive, nous nous réjouissons de ce que nous vivons, de ce que nous mangeons, des moments que nous partageons, nous nous réjouissons des missions que nous accomplissons, d’allumer les bougies du chabbat, de mettre les téfilines.

Ceci n’est pas la vérité, et ce n’est pas non plus un mensonge au sens juif, car l’intention n’est pas d’induire notre partenaire en erreur : tout le monde sait que je n’ai pas été esclave en Égypte, et tout le monde sait que j’ai une obligation de prononcer ces mots, personne ne croit que je dis LA vérité ou que j’essaie de tromper quiconque.

La parole ici obéit à une autre éthique. Pas à une vision descriptive, mais à une vision constructive. En parlant, je crée. Parler de façon éthique, ce n’est pas prétendre décrire la vérité, c’est être conscients de ce que notre parole créée. Si mes propos soutiennent la liberté, s’ils parlent de la sortie d’Egypte, de notre puissance créatrice, de notre liberté de décision, de notre pouvoir d’échapper à ce qui semble une fatalité, alors ma parole est éthique, selon les critères juifs. Si mes propos au contraire rabaissent mes interlocuteurs, leur dignité et leur liberté, ils ne sont pas éthiques.

Nos actes sont également des déclarations : nous mangeons de la Matsa, nous mettons les téfilines, pour soutenir notre vision de la liberté, pour susciter des questions, pour sortir de nos habitudes. Le philosophe John Austin dirait que nous devons être conscients de la dimension « perlocutoire » de nos paroles, et de nos actes.

D’où viennent nos propos ? D’où vient le contenu de nos propos (l’information est-elle vérifiée) ? D’où vient la tonalité de nos propos (je dis cela parce que je me sens enthousiaste, déprimée, en colère, engagée ?) quelle est l’intention de nos propos (je dis cela parce que je veux que tu te sentes bien, parce que je veux te communiquer une information, parce que j’espère que tu m’aideras ?).

Les « putes à clic » sont ces liens sur internet qui nous donnent tellement envie de cliquer. Leur contenu est généralement soit inexistant soit nocif pour les stars dont il est question, leur intention est de générer des revenus à la personne qui les a installées à travers les recettes publicitaires de leur site, leur effet est de faire circuler des idées nocives. Il semble évident que cliquer sur ces liens est interdit par la Torah, même lorsque leur contenu n’a rien de techniquement faux.

En revanche, nous avons en total droit à la poésie performative, nous pouvons raconter longuement une sortie d’Égypte qui n’a peut-être pas eu lieu, et nous pouvons la mettre en scène.

Ces paroles, destinées à encourager la liberté de prendre des décisions, la liberté d’agir sur le monde et la liberté de questionner, sont même une obligation dans notre tradition.

Comme le dit le Talmud  méguila 16a : celui qui cite ses sources amène la rédemption sur le monde. Dire « la sortie d’Egypte a eu lieu (ou pas) » est insuffisant et vain. Ce qui est intéressant en revanche, c’est de parler de : la sortie d’Égypte « telle que racontée dans la torah » », « l’absence de réalité historique de la sortie d’Egypte selon l’archéologie », ou « l’importance de l’acte de raconter et de mettre en scène pour faire réfléchir, dans la tradition juive. » En citant nos sources, nous clarifions l’origine de nos propos, ce qu’ils signifient pour nous, et nos intentions.

En tant que juifs modernes, que juifs libéraux, massorti ou modern orthodoxes, la vérité historique ne nous fait pas peur. Nous pouvons étudier les aspects historiques de la sortie d’Egypte, et constater, éventuellement, qu’elle n’a pas pu avoir lieu. Cela ne nous émeut pas. Car nous sommes bien certains, au contraire, que le récit de la sortie d’Egypte, lui, a des sources très anciennes, et que la hagada de PessaH, elle-même, d’origine dans plus de 2500 ans. La vérité historique, au contraire, nous donne des éléments de contexte du récits, éléments de contexte sans cesse recherchés depuis toujours par nos sages, depuis les tanaim jusqu’aux sages modernes en passant par rav Saadia Gaon et Rachi. Si la sortie d’Egypte n’a pas existé, son récit est encore plus puissant, notre fidélité à ce récit est encore plus impressionnante, l’importance que nous accordons à la liberté est souligné de façon saisissante.

La sortie d’Egypte n’a peut-être pas eu lieu, mais le récit de la sortie d’Egypte est une vérité incontestable.

Un juif, c’est quelqu’un qui répond à une question par une autre question, qui continue à interroger le sens de nos paroles et leur vérité relative. A vous de poursuivre cette mise en abîme trimillénaire !

Chabbat chalom

https://www.massorti.com/La-critique-biblique-et-la-foi

https://www.cairn.info/revue-diogene-2008-4-page-35.htm#

https://rabbinchinsky.fr/2019/04/12/pessah-seder-communautaire/

Saint Jacut: Religion et sexualité

Impossible de comprendre ces sources et la façon appropriée de les utiliser sans étude « vivante », sans explications directes d’un maître. Je les partage néanmoins avec vous, pour ceux qui voudraient les étudier en Hévrouta puis me poser leurs questions à la synagogue l’un de ces prochains chabbatot.
Chabbat chalom à toutes et tous, rendez-vous ce soir à Saint Jacut pour des offices marins, ou l’un de ces prochains chabbatot à surmelin.

Sources sexualité – Rabbin Floriane Chinsky, Judaïsme en Mouvement (MJLF+ULIF)

1 – Genèse – compagnonnage, reproduction, complexité, relation et responsabilité
Deuxième montée
Voici l’histoire des cieux et de la terre à leur création au jour ou l’Eternel-Forces fit la terre et les cieux…

  • Genèse 1 :26 – L’Eternel dit : faisons l’Adam à notre image et à notre ressemblance et ils dirigeront les poissons de la mer et les oiseaux du ciel et les animaux de toute la terre et tous les rampants qui rampent sur la terre. Et les Forces créa l’Adam à son image, à l’image des Forces il le créa, mâle et femelle il les créa. Et il les créa, les Forces, et il leur dit, les Forces : « faites des fruits et grandissez et remplissez la terre et conquérez-là et dirigez les poissons de la mer »… Et les Forces vit tout ce qu’il avait fait et voilà que c’était très bien et il y eut un soir et il y eut un matin, sixième jour.
  • Genèse 2 :18 – L’Eternel-Forces dit : il n’est pas bon que l’Adam soit seul, je lui ferai une aide face à lui, et l’Eternel-Forces créa à partir de la terre tous les êtres vivants des champs et tous les oiseaux des cieux et il les amena à l’Adam pour voir comment il les appellerait et tout ce que l’Adam appellerait les êtres vivants c’est son nom.
  • Troisième montée

  • Et l’Adam appela des noms à tous les animaux et à l’oiseau des cieux et à tous les êtres vivants des champs et à l’Adam il ne trouva pas d’aide face à lui. Et il fit tomber, l’Eternel-Forces, un sommeil sur l’Adam et il dormit et il prit l’un de ses côtes/cotés et il ferma une chair sous elle. Et l’Eternel-Forces construisit le coté qu’il avait pris de l’Adam en femme et il l’amena à l’Adam. Et l’Adam dit « ceci cette fois est l’essence de mon essence et la chair de ma chair, et celle-ci on l’appellera femme car elle a été prise de l’homme ».
  • Genèse 3 :1- Et le serpent était le plus Aroum de tous les êtres vivants des champes […] Et la femme vit que l’arbre était bon pour le manger et qu’il était désirable aux yeux et que l’arbre était agréable pour comprendre et elle prit de son fruit et mangea et elle en donna également à son homme avec elle et il mangea. Et leurs yeux à tous les deux s’ouvrirent et ils surent qu’ils étaient Aroumim et ils cousirent des feuilles de figuier et ils se firent des ceintures. Et ils entendirent la voix de l’Eternel-Forces qui allait dans le jardin au moment venteux de la journée et l’Adam et sa femme se cachèrent des faces de l’Eternel-Forces dans les arbres du jardin. Et l’Eternel-Dieu appela le Adam et lui dit : où es-tu ? Et il dit : j’ai entendu ta voix dans le jardin et j’ai eu peur car je suis Aroum et je me suis caché. Il dit : qui t’a dit que tu es Aroum ? Est-ce que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais dit de ne pas manger ? Et l’Adam dit : la femme que tu m’as donné avec moi, elle m’a donné de l’arbre et j’en ai mangé. L’Eternel-Forces dit à la femme : qu’as-tu fait ? et la femme dit : le serpent m’a trompée et j’ai mangé. Et l’Eternel-Fores dit au serpent : « parce que tu as fait cela tu es maudit… tu mangeras de la poussière… de l’animosité je mettrai entre toi et la femme… » A la femme il dit : « j’agrandirai énormément ta souffrance et ta grossesse, tu mettras au monde des enfants avec souffrance et ton désir ira à ton mari et il te dominera » et à l’Adam il dit : « parce que tu as écouté la voix de ta femme et tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais ordonné « tu n’en mangeras pas » la terre est maudite à ton sujet, dans la souffrance tu en mangeras tous les jours de ta vie… à la sueur de ton nez tu mangeras du pain jusqu’à ce que tu retournes à la terre dont tu as été pris car tu es poussière et tu retourneras à la poussière » et l’Adam nomma sa femme Eve car elle était la mère de tout ce qui vie. Et l’Eternel-Forces fit pour l’Adam et sa femme des tuniques de peau et les en habilla.
  • Fin de la troisième montée
    2 – Désir

    1. Ecclésiaste Rabba  – 12 :5 : Le désir amène la paix entre l’homme et sa femme.
    2. Kala Rabati 2 – Le languissement amène le désir et le désir amène l’amour.
    3. Nida 31b –
    4. Contexte : Lévitique 15 – Quand un homme sera zav dans sa chair il sera impur… Quand une femme sera zava, elle aura du sang de zava dans sa chair, elle sera impure…
      Rabbi Méir disait : pourquoi la torah a-t-elle dit une séparation de sept jours ? Parce que s’il est habitué à elle, elle devient repoussante à ses yeux. La Torah a dit : qu’elle soit impure pendant sept jours pour qu’elle soit chère à son mari comme au moment où elle est rentrée sous le dais nuptial.

    5. Nida 17a – Rav Hisda a dit : il est interdit à un homme d’utiliser son lit pendant le jour comme il est dit « tu aimeras ton prochain comme toi-même » (lévitique 19 :18)
    6. Qu’est-ce qui nous le fait comprendre ?
      Abayé a dit : peut-être qu’il verra en elle une chose repoussante et elle lui apparaitra comme repoussante.
      Rav Houna dit : Israël est « saint » et ils n’utilisent pas leur lit pendant le jour.
      Rava a dit : et si la maison est sombre c’est autorisé et un étudiant des sages l’assombrit avec son vêtement et utilise.
      On a enseigné dans la michna : ou à la lumière d’une lampe. Dis qu’elle examine à la lumière d’une lampe ! Viens et entends : ma maison du roi Mounbaz ils faisaient trois choses qui sont rappelées de façon favorable : ils utilisaient leurs lits le jour, ils examinaient leurs lits avec de la laine de parva, et ils pratiquaient les lois de pureté relatives à la neige. On enseigne donc qu’ils utilisaient leur lit le jour.
      On peut dire qu’ils vérifiaient leurs lits le jour ! Au cas où il te semblerait qu’ils l’utilisaient, on le rappellerait de façon favorable ?!?  Mais c’est parce que, à cause de la contrainte du sommeil, elle lui semblerait repoussante.

      3 – work in progress
      BeraHot 62a – Rav Kahana entra, se coucha sous le lit de Rav, l’entendit discuter et jouer et achever son désir. Il lui dit : la bouche de Abba semble comme si elle n’avait jamais mangé de plat chaud ! Il lui dit : Kahana, tu es là ! Sors car ce n’est pas une façon de faire ! il lui dit : c’est un enseignement (Torah), et j’ai besoin d’apprendre.

    L’homme aux seins – Talmud et Femmes au Café des Psaumes ce midi

    MAINTENU MALGRÉ LES GRÈVES Un homme peut-il avoir des seins?  Téléchargez ici la feuille de sources en version imprimable: l’homme au sein chabbat 53b

    Talmud et femmes 3: L’homme aux seins – Chabbat 53b

    Rabbi Yéhouda a dit le fait de chèvres de la maison d’AntioHia dont les seins étaient gros et ils leur ont fait des pochettes pour qu’ils ne soient pas griffés

    Les sages ont enseigné le fait d’un que mourut sa femme et laissât un nourrisson et il n’avait pas le montant de la nourrice à donner il lui arriva un miracle des seins lui ont été ouverts comme les deux seins d’une femme et il allaitât son enfant Rav Yossef a dit vient et vois combien grand est cet homme a ui a été fait un tel miracle il lui a dit Abbayé plus encore combien mauvais était cet homme que l’ordre de la création ait été changé pour lui rav yéhouda a dit viens et vois combien sont dures les alimentations de l’être humain que pour lui a été changé l’ordre de la création Rav NaHman a dit sache que les miracles se produisent et pas de création de nourriture

    Les sages ont enseigné le fait d’un homme qui a épousé une femme avec une main coupée et il ne l’a pas su jusqu’au jour de sa mort Rav a dit viens et vois combien cette femme était humble que son mari ne l’avait pas connu Rabbi Hiya lui a dit c’est son chemin ainsi mais combien humble était cet homme qui n’a pas connu dans sa femme

    Les mâles sortent encoeurés que signifie encoeurés Rav houna a dit apairés qu’est-ce qui te fait entendre que encoeurés est dans le langage de la proximité c’est qu’il est écrit tu m’as encoeurée ma sœur-fiancée

    Oula a dit une peau qu’on leur attache face au cœur pour que les loups ne leur tombent pas dessus les loups tombent sur les mâles et pas sur les femelles parce qu’ils marchent à la tête du troupeau et les loups tombent sur la tête du troupeau à la fin du troupeau ils ne tombent pas mais parce qu’ils sont gras et chez les femelles il n’y a pas de gras et de toute façon qui sait faire la différence entre ceux-ci et ceux-là mais parce qu’ils tiennent leurs museaux droits et regardent de tous côtés.

    אמר ר’ יהודה מעשה בעזים בית אנטוכיא שהיו דדיהן גסין ועשו להן כיסין כדי שלא יסרטו דדיהן:

    ת »ר מעשה באחד שמתה אשתו והניחה בן לינק ולא היה לו שכר מניקה ליתן ונעשה לו נס ונפתחו לו דדין כשני דדי אשה והניק את בנו אמר רב יוסף בא וראה כמה גדול אדם זה שנעשה לו נס כזה א »ל אביי אדרבה כמה גרוע אדם זה שנשתנו לו סדרי בראשית אמר רב יהודה בא וראה כמה קשים מזונותיו של אדם שנשתנו עליו סדרי בראשית אמר רב נחמן תדע דמתרחיש ניסא ולא אברו מזוני:

    ת »ר מעשה באדם אחד שנשא אשה גידמת ולא הכיר בה עד יום מותה אמר רב בא וראה כמה צנועה אשה זו שלא הכיר בה בעלה אמר לו רבי חייא זו דרכה בכך אלא כמה צנוע אדם זה שלא הכיר באשתו:

    זכרים יוצאין לבובין: מאי לבובין אמר רב הונא תותרי מאי משמע דהאי לבובין לישנא דקרובי הוא דכתיב לבבתני אחותי כלה

    עולא אמר עור שקושרין להם כנגד לבם כדי שלא יפלו עליהן זאבים זאבים אזכרים נפלי אנקיבות לא נפלי משום דמסגו בריש עדרא וזאבין בריש עדרא נפלי בסוף עדרא לא נפלי אלא משום דשמני ובנקבות ליכא שמני ותו מי ידעי בין הני להני אלא משום דזקפי חוטמייהו ומסגו כי דוו

    לִבַּבְתִּנִי, אֲחֹתִי כַלָּה (cant. 4 :9)