L’appel: Le capitalisme et les Dix Paroles

Le magazine l’Appel vient de sortir! Y voici mon dernier article. Bonne lecture!

Liberté, propriété, responsabilité. Telle est l’intéressante devise du libéralisme économique, dont la stabilité dépend de l’association de ces trois piliers.  La crise de 2008 a provoqué la rupture du troisième principe, avec une intervention étatique de type « état providence » normalement réservée aux approches socialistes, orientée en revanche non pas vers les plus pauvres, mais vers les institutions bancaires en détresse. Les écarts sociaux se creusent. Les grèves se poursuivent en France. Bref, la religion néo-libérale a subi une mutation, et fait face à une crise sérieuse, elle entre en collision avec l’exigence de la justice sociale et l’imminence du changement climatique. Qu’en pense le judaïsme ?

Le capitalisme n’est pas sacré

« Tu n’auras pas d’autre « dieu » face à moi ». Telle est la deuxième des dix paroles (Ex. 20 :2). Il faut choisir. Soit l’Eternel, soit autre chose. Pas de syncrétisme. Il est possible d’adhérer à des idées capitalistes ou socialistes ou néo-libérales, mais ces idées ne peuvent être sacralisées, elles ne sont pas « une nouvelle religion ». Ou si elles le deviennent, il faut le reconnaitre, et admettre que nous avons quitté la tradition juive. Face aux idéologies, nous gardons notre entière liberté de jugement. Tel est le message de la première des dix paroles :

« Je suis l’Eternel ton « dieu » qui t’ai fait sortir du pays d’Egypte, de la maison d’esclavage ». Trois idées dans cette phrase concise : 1 – l’esclavage existe, 2 – il faut en sortir, 3 – le divin se définit par sa capacité à nous faire changer de système, nous permettre de « sortir d’Egypte ». Nous sommes égalitairement libres, le peuple entier, et ce principe est premier. Est-il prédominant sur le principe de la propriété privée ?

Primauté de la liberté humaine

« Tu ne voleras pas » est la huitième des dix paroles. Elle semble établir l’importance de la propriété privée. Est-ce exact ? Rachi précise dans son commentaire qu’ « il s’agit du vol de personnes ». Le vol d’objet est également répréhensible (Lev. 19 :11), mais il n’est pas mentionné dans les dix paroles. L’essentiel, ici encore, est la liberté, l’interdiction de voler des êtres humains pour les revendre, l’interdiction de l’esclavage.

Qui, de la liberté individuelle ou de la propriété, a la prédominance ? Pour que les esclaves hébreux sortent d’Egypte selon le texte biblique, il a fallu infliger dix plaies à Pharaon et à la terre d’Egypte. L’esclavagiste a été puni, et au contraire, le peuple esclave-libéré est sorti avec de grandes richesses. Cela semble juste.

Au contraire, au moment de l’abolition de l’esclavage en 1848, c’est le manque a gagner subi par les propriétaires d’esclaves qui a été pris en compte ; ce sont eux, et non les êtres humains-objectifiés et exploités qui ont reçu compensation. Transposé dans le récit biblique, cela reviendrait à quelque chose comme :

« L’Eternel parla à Moïse et lui dit : « Va chez Pharaon et dis-lui : Laisse partir mon peuple, je te le rachète. Vois, je transforme pour toi aujourd’hui le Mont Sinaï en montagne d’or, raccompagne mon peuple vers le désert, et sers-toi allègrement, cela compensera ta perte économique. »

Sortir du système

Lorsque nous sommes immergés dans un système, il est difficile d’en voir l’injustice. Il n’y avait pas dix justes à Sodome et Gomorrhe, car l’idéologie dominante rend difficile l’émergence de l’esprit critique et de la contestation. Pour cette raison, il faut parfois des destructions douloureuses comme ce symbolique déluge de feu, des plaies meurtrières comme en Egypte, pour que le changement de paradigme se produise.

Pourtant, ce n’est pas inéluctable. Nous pouvons aussi rester engagés dans nos traditions philosophiques et religieuses multimillénaires, qui nous permettent de garder du recul par rapport aux idolâtries du moment. Vu de ces hauteurs, les évolutions et les révolutions en cours ne sont pas menaçantes, pas dramatiques, ce n’est pas que « dieu est mort » et que « tout fout le camp », c’est juste qu’aujourd’hui, comme par le passé, les systèmes évoluent, et nos valeurs restent.

La menace ne vient pas du changement, mais de la sacralisation du passé. Notre sacré à nous, abstrait est inspirant, est un appui pour une évolution juste. Le monde repose sur trois piliers, disent les Pirké Avot (1 :18) : la justice, la vérité, et la paix.

Bar/Bat Mitsva, toute la famille doit grandir! Retour vers le futur dimanche matin 11h10 à Nation

Pas facile de vivre les grandes transitions de la vie!

Que représente la Bar/Bat Mitsva pour nos jeunes? Que représente-elle pour la famille? Quels sont les grands changements? De quelle façon la tradition juive nous accompagne-t-elle au cours de ces événements?

Ces questions seront les nôtres, ce dimanche, à Ganénou. Si vous désirez faire votre Bar/Bat Mitsva, si vous êtes parent ou grand-parent, si vous vous intéressez à la façon dont la tradition juive nous guide dans les grandes étapes de la vies, ce cours est pour vous.

Dans un esprit interactif, chacun.e aura l’occasion d’élaborer sa propre vision des grands changements de la vie, de la naissance à la responsabilité adulte.

Nos traditions nous accompagnent tout au long des grands événements de la vie. La naissance est bien évidemment l’un des grands rendez-vous traditionnels, avec la brit mila, la simHat bat, le rachat du premier né et la présentation à la synagogue. La majorité religieuse est marquée par l’entrée dans le commandements et la responsabilisation du jeune, garçon ou fille, célébrant la bar/bat mitsva, avec lecture de la Torah, direction des prières et enseignement.

Si vous voulez accéder à des questions sur ces sujets, cliquez sur le lien suivant.

Pour télécharger la feuille de travail, cliquez ici: brit-mila-parents 02 2020

NB: accueil dés 11h, Les portes fermeront à 11h15.

 

 

Paracha Bo: Sommes-nous des menteurs ? Sortie d’Egypte, critique biblique mensonge, et liberté

Retour de la Paracha en vidéo sur la chaine youtube de JEM (abonnez-vous pour retrouver nos commentaires filmés). Voici la vidéo, ainsi que son contenu en version texte. Chabbat Chalom!

La vérité a beaucoup de crédit. Quelqu’un de bien ne dit pas de mensonges. Vraiment ? Cette position reflète-t-elle l’éthique juive ?

Si un mensonge est « l’énoncé délibéré d’un fait contraire à la vérité », notre paracha nous recommande précisément de mentir :

Exode 13 :7
On se nourrira de pains azymes durant ces sept jours; et l’on ne doit voir chez toi ni pain levé, ni levain, dans toutes tes possessions. 8 Tu donneras alors cette explication à ton fils: ‘C’est dans cette vue que l’Éternel a agi en ma faveur, quand je sortis de l’Égypte.’ 9 Et tu porteras comme symbole sur ton bras et comme mémorial entre tes yeux afin que la doctrine du Seigneur reste dans ta bouche, que d’un bras puissant, l’Éternel t’a fait sortir de l’Égypte.

ז מַצּוֹת, יֵאָכֵל, אֵת, שִׁבְעַת הַיָּמִים; וְלֹא-יֵרָאֶה לְךָ חָמֵץ, וְלֹא-יֵרָאֶה לְךָ שְׂאֹר–בְּכָל-גְּבֻלֶךָ. ח וְהִגַּדְתָּ לְבִנְךָ, בַּיּוֹם הַהוּא לֵאמֹר: בַּעֲבוּר זֶה, עָשָׂה יְהוָה לִי, בְּצֵאתִי, מִמִּצְרָיִם. ט וְהָיָה לְךָ לְאוֹת עַל-יָדְךָ, וּלְזִכָּרוֹן בֵּין עֵינֶיךָ, לְמַעַן תִּהְיֶה תּוֹרַת יְהוָה, בְּפִיךָ: כִּי בְּיָד חֲזָקָה, הוֹצִאֲךָ יְהוָה מִמִּצְרָיִם.

Êtes-vous réellement sortis d’Egypte ? Ce n’est en tout cas pas mon cas, je n’ai jamais été esclave en Egypte, je n’ai pas connu Pharaon, je n’ai aucunement contribué à la construction des pyramides.

Il m’est ordonné par la torah de « dire à mes enfants en ce jour : c’est pour cela que l’Eternel a agi ainsi pour moi lorsque je suis sortie d’Egypte ».

La loi juive également (le 21e du livre de l’Exode selon le sefer haHinouH rédigé au 13e siècle) : « raconter la sortie d’Égypte le 15 Nissan ». (pour un guide raccourci et des sources sur pessah, voir ce lien : https://rabbinchinsky.fr/pessah/)

Il m’est donc enjoint d’énoncer délibérément un fait contraire à la vérité ! Comment est-ce possible ?

Cela semble paradoxal, car nous savons toute l’importance que notre tradition attache à la parole, l’interdit du « mauvais langage » (lachon hara, לשון הרע) est fondamental, deux des dix paroles sont des lois concernant la parole, l’interdiction de prononcer le nom de « dieu » en vain et l’interdiction de porter un faux témoignage contre son prochain, il est interdit de tromper quelqu’un, et enfin, nous avons l’obligation d’utiliser un « bon langage », celui des bénédictions. A travers les « barouH ata adonaï » (  XXXX ברוך אתה      ) que nous prononçons, nous disons ce qui est de façon positive, nous nous réjouissons de ce que nous vivons, de ce que nous mangeons, des moments que nous partageons, nous nous réjouissons des missions que nous accomplissons, d’allumer les bougies du chabbat, de mettre les téfilines.

Ceci n’est pas la vérité, et ce n’est pas non plus un mensonge au sens juif, car l’intention n’est pas d’induire notre partenaire en erreur : tout le monde sait que je n’ai pas été esclave en Égypte, et tout le monde sait que j’ai une obligation de prononcer ces mots, personne ne croit que je dis LA vérité ou que j’essaie de tromper quiconque.

La parole ici obéit à une autre éthique. Pas à une vision descriptive, mais à une vision constructive. En parlant, je crée. Parler de façon éthique, ce n’est pas prétendre décrire la vérité, c’est être conscients de ce que notre parole créée. Si mes propos soutiennent la liberté, s’ils parlent de la sortie d’Egypte, de notre puissance créatrice, de notre liberté de décision, de notre pouvoir d’échapper à ce qui semble une fatalité, alors ma parole est éthique, selon les critères juifs. Si mes propos au contraire rabaissent mes interlocuteurs, leur dignité et leur liberté, ils ne sont pas éthiques.

Nos actes sont également des déclarations : nous mangeons de la Matsa, nous mettons les téfilines, pour soutenir notre vision de la liberté, pour susciter des questions, pour sortir de nos habitudes. Le philosophe John Austin dirait que nous devons être conscients de la dimension « perlocutoire » de nos paroles, et de nos actes.

D’où viennent nos propos ? D’où vient le contenu de nos propos (l’information est-elle vérifiée) ? D’où vient la tonalité de nos propos (je dis cela parce que je me sens enthousiaste, déprimée, en colère, engagée ?) quelle est l’intention de nos propos (je dis cela parce que je veux que tu te sentes bien, parce que je veux te communiquer une information, parce que j’espère que tu m’aideras ?).

Les « putes à clic » sont ces liens sur internet qui nous donnent tellement envie de cliquer. Leur contenu est généralement soit inexistant soit nocif pour les stars dont il est question, leur intention est de générer des revenus à la personne qui les a installées à travers les recettes publicitaires de leur site, leur effet est de faire circuler des idées nocives. Il semble évident que cliquer sur ces liens est interdit par la Torah, même lorsque leur contenu n’a rien de techniquement faux.

En revanche, nous avons en total droit à la poésie performative, nous pouvons raconter longuement une sortie d’Égypte qui n’a peut-être pas eu lieu, et nous pouvons la mettre en scène.

Ces paroles, destinées à encourager la liberté de prendre des décisions, la liberté d’agir sur le monde et la liberté de questionner, sont même une obligation dans notre tradition.

Comme le dit le Talmud  méguila 16a : celui qui cite ses sources amène la rédemption sur le monde. Dire « la sortie d’Egypte a eu lieu (ou pas) » est insuffisant et vain. Ce qui est intéressant en revanche, c’est de parler de : la sortie d’Égypte « telle que racontée dans la torah » », « l’absence de réalité historique de la sortie d’Egypte selon l’archéologie », ou « l’importance de l’acte de raconter et de mettre en scène pour faire réfléchir, dans la tradition juive. » En citant nos sources, nous clarifions l’origine de nos propos, ce qu’ils signifient pour nous, et nos intentions.

En tant que juifs modernes, que juifs libéraux, massorti ou modern orthodoxes, la vérité historique ne nous fait pas peur. Nous pouvons étudier les aspects historiques de la sortie d’Egypte, et constater, éventuellement, qu’elle n’a pas pu avoir lieu. Cela ne nous émeut pas. Car nous sommes bien certains, au contraire, que le récit de la sortie d’Egypte, lui, a des sources très anciennes, et que la hagada de PessaH, elle-même, d’origine dans plus de 2500 ans. La vérité historique, au contraire, nous donne des éléments de contexte du récits, éléments de contexte sans cesse recherchés depuis toujours par nos sages, depuis les tanaim jusqu’aux sages modernes en passant par rav Saadia Gaon et Rachi. Si la sortie d’Egypte n’a pas existé, son récit est encore plus puissant, notre fidélité à ce récit est encore plus impressionnante, l’importance que nous accordons à la liberté est souligné de façon saisissante.

La sortie d’Egypte n’a peut-être pas eu lieu, mais le récit de la sortie d’Egypte est une vérité incontestable.

Un juif, c’est quelqu’un qui répond à une question par une autre question, qui continue à interroger le sens de nos paroles et leur vérité relative. A vous de poursuivre cette mise en abîme trimillénaire !

Chabbat chalom

https://www.massorti.com/La-critique-biblique-et-la-foi

https://www.cairn.info/revue-diogene-2008-4-page-35.htm#

https://rabbinchinsky.fr/2019/04/12/pessah-seder-communautaire/

Saint Jacut: Religion et sexualité

Impossible de comprendre ces sources et la façon appropriée de les utiliser sans étude « vivante », sans explications directes d’un maître. Je les partage néanmoins avec vous, pour ceux qui voudraient les étudier en Hévrouta puis me poser leurs questions à la synagogue l’un de ces prochains chabbatot.
Chabbat chalom à toutes et tous, rendez-vous ce soir à Saint Jacut pour des offices marins, ou l’un de ces prochains chabbatot à surmelin.

Sources sexualité – Rabbin Floriane Chinsky, Judaïsme en Mouvement (MJLF+ULIF)

1 – Genèse – compagnonnage, reproduction, complexité, relation et responsabilité
Deuxième montée
Voici l’histoire des cieux et de la terre à leur création au jour ou l’Eternel-Forces fit la terre et les cieux…

  • Genèse 1 :26 – L’Eternel dit : faisons l’Adam à notre image et à notre ressemblance et ils dirigeront les poissons de la mer et les oiseaux du ciel et les animaux de toute la terre et tous les rampants qui rampent sur la terre. Et les Forces créa l’Adam à son image, à l’image des Forces il le créa, mâle et femelle il les créa. Et il les créa, les Forces, et il leur dit, les Forces : « faites des fruits et grandissez et remplissez la terre et conquérez-là et dirigez les poissons de la mer »… Et les Forces vit tout ce qu’il avait fait et voilà que c’était très bien et il y eut un soir et il y eut un matin, sixième jour.
  • Genèse 2 :18 – L’Eternel-Forces dit : il n’est pas bon que l’Adam soit seul, je lui ferai une aide face à lui, et l’Eternel-Forces créa à partir de la terre tous les êtres vivants des champs et tous les oiseaux des cieux et il les amena à l’Adam pour voir comment il les appellerait et tout ce que l’Adam appellerait les êtres vivants c’est son nom.
  • Troisième montée

  • Et l’Adam appela des noms à tous les animaux et à l’oiseau des cieux et à tous les êtres vivants des champs et à l’Adam il ne trouva pas d’aide face à lui. Et il fit tomber, l’Eternel-Forces, un sommeil sur l’Adam et il dormit et il prit l’un de ses côtes/cotés et il ferma une chair sous elle. Et l’Eternel-Forces construisit le coté qu’il avait pris de l’Adam en femme et il l’amena à l’Adam. Et l’Adam dit « ceci cette fois est l’essence de mon essence et la chair de ma chair, et celle-ci on l’appellera femme car elle a été prise de l’homme ».
  • Genèse 3 :1- Et le serpent était le plus Aroum de tous les êtres vivants des champes […] Et la femme vit que l’arbre était bon pour le manger et qu’il était désirable aux yeux et que l’arbre était agréable pour comprendre et elle prit de son fruit et mangea et elle en donna également à son homme avec elle et il mangea. Et leurs yeux à tous les deux s’ouvrirent et ils surent qu’ils étaient Aroumim et ils cousirent des feuilles de figuier et ils se firent des ceintures. Et ils entendirent la voix de l’Eternel-Forces qui allait dans le jardin au moment venteux de la journée et l’Adam et sa femme se cachèrent des faces de l’Eternel-Forces dans les arbres du jardin. Et l’Eternel-Dieu appela le Adam et lui dit : où es-tu ? Et il dit : j’ai entendu ta voix dans le jardin et j’ai eu peur car je suis Aroum et je me suis caché. Il dit : qui t’a dit que tu es Aroum ? Est-ce que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais dit de ne pas manger ? Et l’Adam dit : la femme que tu m’as donné avec moi, elle m’a donné de l’arbre et j’en ai mangé. L’Eternel-Forces dit à la femme : qu’as-tu fait ? et la femme dit : le serpent m’a trompée et j’ai mangé. Et l’Eternel-Fores dit au serpent : « parce que tu as fait cela tu es maudit… tu mangeras de la poussière… de l’animosité je mettrai entre toi et la femme… » A la femme il dit : « j’agrandirai énormément ta souffrance et ta grossesse, tu mettras au monde des enfants avec souffrance et ton désir ira à ton mari et il te dominera » et à l’Adam il dit : « parce que tu as écouté la voix de ta femme et tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais ordonné « tu n’en mangeras pas » la terre est maudite à ton sujet, dans la souffrance tu en mangeras tous les jours de ta vie… à la sueur de ton nez tu mangeras du pain jusqu’à ce que tu retournes à la terre dont tu as été pris car tu es poussière et tu retourneras à la poussière » et l’Adam nomma sa femme Eve car elle était la mère de tout ce qui vie. Et l’Eternel-Forces fit pour l’Adam et sa femme des tuniques de peau et les en habilla.
  • Fin de la troisième montée
    2 – Désir

    1. Ecclésiaste Rabba  – 12 :5 : Le désir amène la paix entre l’homme et sa femme.
    2. Kala Rabati 2 – Le languissement amène le désir et le désir amène l’amour.
    3. Nida 31b –
    4. Contexte : Lévitique 15 – Quand un homme sera zav dans sa chair il sera impur… Quand une femme sera zava, elle aura du sang de zava dans sa chair, elle sera impure…
      Rabbi Méir disait : pourquoi la torah a-t-elle dit une séparation de sept jours ? Parce que s’il est habitué à elle, elle devient repoussante à ses yeux. La Torah a dit : qu’elle soit impure pendant sept jours pour qu’elle soit chère à son mari comme au moment où elle est rentrée sous le dais nuptial.

    5. Nida 17a – Rav Hisda a dit : il est interdit à un homme d’utiliser son lit pendant le jour comme il est dit « tu aimeras ton prochain comme toi-même » (lévitique 19 :18)
    6. Qu’est-ce qui nous le fait comprendre ?
      Abayé a dit : peut-être qu’il verra en elle une chose repoussante et elle lui apparaitra comme repoussante.
      Rav Houna dit : Israël est « saint » et ils n’utilisent pas leur lit pendant le jour.
      Rava a dit : et si la maison est sombre c’est autorisé et un étudiant des sages l’assombrit avec son vêtement et utilise.
      On a enseigné dans la michna : ou à la lumière d’une lampe. Dis qu’elle examine à la lumière d’une lampe ! Viens et entends : ma maison du roi Mounbaz ils faisaient trois choses qui sont rappelées de façon favorable : ils utilisaient leurs lits le jour, ils examinaient leurs lits avec de la laine de parva, et ils pratiquaient les lois de pureté relatives à la neige. On enseigne donc qu’ils utilisaient leur lit le jour.
      On peut dire qu’ils vérifiaient leurs lits le jour ! Au cas où il te semblerait qu’ils l’utilisaient, on le rappellerait de façon favorable ?!?  Mais c’est parce que, à cause de la contrainte du sommeil, elle lui semblerait repoussante.

      3 – work in progress
      BeraHot 62a – Rav Kahana entra, se coucha sous le lit de Rav, l’entendit discuter et jouer et achever son désir. Il lui dit : la bouche de Abba semble comme si elle n’avait jamais mangé de plat chaud ! Il lui dit : Kahana, tu es là ! Sors car ce n’est pas une façon de faire ! il lui dit : c’est un enseignement (Torah), et j’ai besoin d’apprendre.

    L’appel: Hanouka – Hareng, Messie et liberté!

    Dernier article paru dans le magazine l’Appel, d’actualité en cette période de préparatifs pour la fête! Le cours sur Hanouka de ce dimanche 11h05 à Ganénou est maintenu, il sera suivi d’un allumage des bougies avec les enfants du Talmud Torah. Apportez vos Hanoukiot!

    HANOUKA, Rallumer la flamme perpétuelle, Hareng, messies et liberté !

    L’humble miracle de l’huile magique

    A Hanouka, nous allumons de jolies bougies pendant huit jours, en chantant des chansons, en mangeant des beignets, et nous racontons l’histoire merveilleuse d’une lampe à huile dont la lumière a brillé miraculeusement huit fois plus longtemps que prévu.

    La fête des lumières juives coïncide avec la période de Noël et partage avec elle la mise en place de sources lumineuses au plein cœur de l’hiver, ainsi que la thématique de l’espoir.

    Le miracle-miraculeux est au cœur des deux fêtes, de façons très différentes. Alors que le christianisme célèbre la naissance merveilleuse d’un Dieu Sauveur, la tradition juive s’émerveille de la survivance d’une petite flamme.

    Une blague juive mentionne que, voulant récompenser ses soldats les plus vaillants, Napoléon leur proposa de réaliser l’un de leurs vœux. Le russe demanda un fief, le français demanda de devenir Général, le juif demanda… un hareng ! « Pourquoi un hareng, tu laisses passer ta chance ! », s’écrièrent ses compagnons. « Moi, au moins, j’ai une petite chance que mon vœu se réalise », répondit le soldat juif.

    Quel scepticisme ! Le judaïsme est-il donc dépourvu d’ambition, se contentant d’« huile magique » de Hanouka – ou de harengs ?

    Un messie-résistant

    La petite flamme dont il est question a son importance, puisqu’il s’agit de celle de la Ménorah, symbole du fonctionnement d’un Temple à peine reconquis. Le premier miracle de Hanouka, c’est justement cette reconquête, un miracle humain, celui de la résistance à l’oppression, de la défense des Libertés. Le livre des Maccabées, qui appartient au corpus biblique chrétien, décrit les décrets d’Antiochus : la désacralisation du Temple et l’interdiction d’y porter des offrandes, l’obligation de transgresser le Chabat, les fêtes et les règles d’alimentation cacher, l’interdiction de la circoncision et de l’étude de la Torah.  La victoire de guérilla de Juda Maccabée en -164 a permis d’inaugurer le Deuxième Temple – telle est la raison du nom de la fête, Hanouka signifie « inauguration » – et de mettre fin à ces décrets.

    Juda est donc un héros-sauveur, une figure politique de liberté défendant son peuple, comme les rois oints de l’Israël antique. Le mot « messie » en français vient de l’hébreu « machiaH » qui signifie « onction », et renvoie à l’acte accompli par les Prophètes à l’égard des Rois pour les introniser.

    Le « messie juif » est en ce sens une figure plutôt concrète, matérielle, politique et militaire, l’image héroïque de Juda s’inscrit bien dans cette veine. Le « messie chrétien » est différent, peut-être plus transcendant, plus poétique ou plus spirituel, il inspirera certains renouveaux messianiques juifs au cours de l’Histoire, jusqu’au messianisme Loubavitch contemporain. Au premier siècle, le miracle de la fiole d’huile raconté par le MasseHet Taanit ajoute une touche symbolique, chaleureuse et pacifique au miracle dramatique de la victoire armée.

    De quoi serons-nous partisans ?

    La question qui se cache derrière cette « concurrence des miracles » est celle de nos valeurs. Que considérons-nous comme un miracle ? Une flamme qui ne vacille pas ou la résistance aux oppressions ? Les deux peut-être ? L’huile de la ménorah ne s’est pas tarie. Le buisson ardent de Moïse brûlait sans se consumer. Les bougies fixées dans nos Hanoukiot domestiques ne s’éteignent jamais vraiment, renaissant plus nombreuses chaque soir, ressuscitant d’année en année. Les générations s’écoulent, mais l’étude juive ne s’épuise jamais. « Si [un ami] tombe, un ami sort de l’ombre à [s]a place » (Chant des Partisans), « Ne dis pas que tu marches sur ton dernier chemin, même lorsque les nuages noirs cachent le soleil, car l’heure que nous attendons viendra, et le rythme de nos pas dit  » Nous sommes là ! » » (Chant des Partisans Juifs). L’allumage des bougies de Hanouka au cœur de l’hiver nous dit : « Allume toi-même la lumière que tu veux voir surgir » et le récit de l’histoire de la fête nous dit : « Lève-toi pour protéger ta liberté ! ». Le temps passé à déguster les beignets traditionnels (ou des harengs), éclairés par ces petites flammes, nous encourage à réfléchir au sens ce ces mots pour nous aujourd’hui, en pensée, et en actes.

    Floriane CHINSKY, Docteure en Sociologie du Droit, Rabbin du Judaïsme En Mouvement

     

    L’office du samedi matin est-il vraiment religieux ? Retour vers le futur dimanche matin 11h à Nation

    Ce livre s’intitule: « Le « dieu » auquel je crois », on pourrait ajouter « ou pas ».

    L’office du samedi matin nous réunit autour de chants et de lectures, de chorégraphies et de réflexions. Que nos enfants préparent leur Bar ou Bat Mitsva, que nous soyons fidèles d’une synagogue ou passants occasionnels, croyants ou non, nous pouvons nous interroger sur la nature de ce moment de rassemblement.

    Que signifie-t-il? Est-il « religieux »? Que serait-il d’autre? S’il n’est pas religieux, quel est le sens des « prières que nous adressons au créateur »? Quel serait sa signification sociale, familiale ou psychologique?

    Pour étudier ces questions, nous évoquerons les éléments principaux de l’office, leur histoire, leur contenu, et leur chorégraphie.

    Nous évoquerons entre autre les diverses définitions de la prière données par Wikipédia disponibles ici ainsi que la vision de Yeshayahou Leibowitz, à méditer:

    Yeshayahou Leibowitz in « The God I believe in »
    J : Avodat hachem est-il dirigé vers un être spécifique ? Ou est-il dirigé vers une idée ? Ou avodat hachem est-il un symbole de révérence envers la vie comme le dit Schweitzer ?
    L : Non, c’est une partie du kabalat ol malchout chamaim veol hamitsvot.
    J : Il s’agit d’une soumission ou non ?
    L : C’est de l’acceptation. C’est également une décision libre.
    J : La décision de la pensée d’accepter ol mitsvot ne se rattache-t-elle pas d’une certaine façon à un être suprême, Dieu, auquel on se soumet ?
    L : Tel est le sens de la croyance en Dieu ! Ou bien alors croyez-vous en un genre de vieux bonhomme dans les cieux qui tire les ficelles du monde ?
    J : Pour beaucoup de gens c’est exactement ce qu’est leur croyance en Dieu, un pouvoir supérieur là-haut dans le ciel qui agit comme un tyran. Non, je ne peux pas croire cela.
    L : Ce n’est pas du tout une croyance religieuse !
    J : C’est de la mythologie, du paganisme.
    L : Oui, c’est cela le paganisme, avoda zara. La croyance, c’est une obligation.
    J : Comment est-elle inspirée ?
    L : Il n’y a pas d’inspiration. La révélation du Sinaï a été un échec total…
    L : Je n’ai jamais eu une autre perception de Dieu que l’acceptation de ol malHout chamaim veol mitsvot. Je n’ai jamais considéré Dieu comme un manager du monde. Dieu n’est pas un instrument pour le monde ou pour l’humanité… Dieu n’a pas de fonction. Dieu n’a pas de « office ».

    Pour les non hébraïsants qui veulent chanter à l’office: vidéo disponible sur ce lien

    pour les hébraïsants ou les personnes motivées par l’hébreu: Une feuille chants office chabbat matin 1 —— Vidéo disponible sur ce lien

    Chabbat: retour vers le futur ce matin 11h à Nation

    Bonjour à toutes et à tous!

    Les cours adultes « Retour vers le futur » du dimanche matin ont repris. Ce dimanche: Le chabbat: quel est son sens historique? Quel est son sens pour nous aujourd’hui? Comment le célébrer? Comment en faire un temps de construction familiale et sociale? Nous travaillerons de façon active, autour de ces questions et des documents suivants. Ces petites feuilles à imprimer chez vous vous permettront de distinguer l’essentiel de l’accessoire, et de trouver ou d’affiner votre façon personnelle d’intégrer ce merveilleux temps du chabbat à votre quotidien.

    Téléchargez ici le document à imprimer: chabbat et havdala en word // chabbat rdj en PDF

    Bénédictions pour le vendredi soir

    Traduction et abrégés libres et fidèles par le Rabbin Floriane Chinsky pour Surmelin

    1 – hadlaka – accueillir le chabbat

    Tu es une bénédiction Eternel notre dieu roi du monde, qui nous a rendus spéciaux par le mode de vie qu’il nous enseigne et nous a ordonné d’allumer les bougies du chabbat.

    BarouH ata adonaï élohénou mélèH haolam acher kidéchanou bémitsvotav vétsivanou léhadlik ner chel chabbat

    בָּרוּךְ אַתָּה ה’ אֱלֹהֵינוּ מֶלֶךְ הָעוֹלָם, אֲשֶׁר קִדְּשָׁנוּ בְּמִצְוֹתָיו וְצִוָּנוּ לְהַדְלִיק נֵר שֶׁל שַׁבָּת

    2 – Kidouch – rendre ce moment spécial

    Sixième jour. Ils furent terminés les cieux et la terre et tout ce qui allait avec. Il termina, dieu, le septième jour, son travail qu’il avait fait, il s’arrêta, pendant le septième jour, de tout son travail qu’il avait fait, il bénit, dieu, le septième jour, il le rendit spécial, car en ce jour il s’est arrêté de tout son travail qu’il avait créé, dieu, pour le faire. (Gen. 2)

    Allez mes amis ! Pour la vie !

    Tu es une bénédiction Eternel nos Forces roi du monde qui crée le fruit de la vigne.

    Tu es une bénédiction Eternel notre dieu roi du monde qui nous a rendu spéciaux par le mode de vie qu’il nous enseigne et il a une volonté pour nous, et son chabat spécial, dans l’amour et la volonté, il l’a posé sur nous en souvenir de l’acte de création, car il est un jour de début des rendez-vous spéciaux en souvenir de la sortie d’Egypte car il nous a choisi et il nous a rendu spéciaux parmi tous les peuples et ton chabbat spécial dans l’amour et dans la volonté tu l’as posé sur nous.

    Tu es une bénédiction Eternel qui rend spécial le chabbat

    Yom hachichi vayéHoulou hachamaim véaharetz véHol tsévaam vayéHal élohim bayom hachévii melaHto acher assa vayichbot bayom hachévii mikol mélaHto acher assa vayévareH élohim et yom hachévii vayékadech oto ki vo chavat mikol mélaHto acher bara élohim laassot

    Savré Havéraï « LéHaim »

    BarouH ata adonaï élohénou méleH haolam boré péri hagafen

    BarouH ata adonaï élohénou méleH haolam acher kidéchanou bémitsvotav vératsa vanou véchabat kodcho béahava ouvératson inHilanou zikaron lémaassé véréchit ki hou yom téHila lémikraé kodech zéHer liyetsiat mitsraïm ki vanou vaHarta véotanou kidachta mikol haamim véchabat kodchéHa béahava ouvratson inHaltanou.

    BarouH ata adonaï mékadech hachabat

    יום הַשִּׁשִּׁי. וַיְכֻלּוּ הַשָּׁמַיִם וְהָאָרֶץ וְכָל צְבָאָם: וַיְכַל אֱלהִים בַּיּום הַשְּׁבִיעִי מְלַאכְתּו אֲשֶׁר עָשָׂה. וַיִּשְׁבּת בַּיּום הַשְּׁבִיעִי מִכָּל מְלַאכְתּו אֲשֶׁר עָשָׂה:  וַיְבָרֶךְ אֱלהִים אֶת יום הַשְּׁבִיעִי וַיְקַדֵּשׁ אתו. כִּי בו שָׁבַת מִכָּל מְלַאכְתּו אֲשֶׁר בָּרָא אֱלהִים לַעֲשׂות:

    סַבְרִי חברי              לְחַיִּים

    בָּרוּךְ אַתָּה ה’, אֱלהֵינוּ מֶלֶךְ הָעולָם, בּורֵא פְּרִי הַגֶּפֶן:

    בָּרוּךְ אַתָּה ה’, אֱלהֵינוּ מֶלֶךְ הָעולָם, אֲשֶׁר קִדְּשָׁנוּ בְּמִצְותָיו וְרָצָה בָנוּ, וְשַׁבַּת קָדְשׁו בְּאַהֲבָה וּבְרָצון הִנְחִילָנוּ, זִכָּרון לְמַעֲשֵׂה בְרֵאשִׁית, כי הוא יום תְּחִלָּה לְמִקְרָאֵי קדֶשׁ, זֵכֶר לִיצִיאַת מִצְרַיִם. כי בנו בחרת ואותנו קידשת מכל העמים, וְשַׁבַּת קָדְשְׁךָ בְּאַהֲבָה וּבְרָצון הִנְחַלְתָּנוּ:

    בָּרוּךְ אַתָּה ה’, מְקַדֵּשׁ הַשַּׁבָּת:

    3 – Nétilat/Motsi – commencer le repas

    Tu es une bénédiction Eternel notre dieu roi du monde, qui nous a rendus spéciaux par le mode de vie qu’il nous enseigne et nous a ordonné de nous élever les mains.

    Tu es une bénédiction Eternel notre dieu roi du monde, qui fait sortir le pain de la terre.

    BarouH ata adonaï élohénou méleH haolam acher kidéchanou bémitsvotav vétsivanou al nétilat yadaïm

    BarouH ata adonaï élohénou méleH haolam hamotsi léHem min haaretz

    בָּרוּך אָתָּה ה’ אֱלֹהֵינוּ מֶלֶךְ הָעוֹלָם, אֲשֶר קִדְשָנוּ בְּמִצְוֹתָיו וצִונוּ עַל נטִילַת ידַים

    בָּרוּך אָתָּה ה’ אֱלֹהֵינוּ מֶלֶךְ הָעוֹלָם, הַמוֹצִיא לֶחֶם מִן הָאָרֶץ

    4 – birkat hamazon – conclure le repas (Très abrégé)

    Tu es une bénédiction Eternel qui nourrit tout. Tu es une bénédiction Eternel pour la terre et pour la nourriture. Tu es une bénédiction Eternel, qui crée dans ta bonté Jérusalem.

    Tu es une bénédiction Eternel, dieu qui est notre père, notre roi, notre puissant, notre créateur, notre sauveur, notre façonneur, spécial pour nous, spécial pour Jacob, il a été bon il est bon il sera bon pour nous, il nous a donné, nous donne et nous donnera pour toujours ce dont nous avons besoin.

    Celui qui fait la paix dans ses hauteurs, il fera la paix pour nous et pour tout Israël et pour tous les habitants de la planète

    BarouH ata adonaï hazan et hakol /BarouH ata adonaï al haaretz veal hamazon /BarouH ata adonaï boné béraHamav yérouchalaïm

    BarouH ata adonaï élohénou méleH haolam hael avinou malkénou adirénou borénou goalénou yotsrénou kédochénou lédoch yaacov, hou étiv hou métiv hou yétiv lanou, hou gmalanou hou gomlénou hou igmelnou laad.

    Ossé chalom bimromav hou yaassé chalom alénou veal kol Israel véimérou amen

    בָּרוּךְ אַתָּה יְיָ הַזָּן אֶת הַכֹּל ; בָּרוּךְ אַתָּה יְיָ, עַל הָאָרֶץ וְעַל הַמָּזוֹן ;בָּרוּךְ אַתָּה יְיָ, בּוֹנֵה בְרַחֲמָיו יְרוּשָׁלַיִם

    בָּרוּךְ אַתָּה יְיָ אֱלֹהֵינוּ מֶלֶךְ הָעוֹלָם, הָאֵל, אָבִינוּ, מַלְכֵּנוּ, אַדִירֵנוּ, בּוֹרְאֵנוּ, גֹּאֲלֵנוּ, יוֹצְרֵנוּ, קְדוֹשֵׁנוּ קְדוֹשׁ יַעֲקֹב…הוּא הֵיטִיב, הוּא מֵיטִיב, הוּא יֵיטִיב לָנוּ, הוּא גְמָלָנוּ, הוּא גוֹמְלֵנוּ, הוּא יִגְמְלֵנוּ לָעַד

    עֹשֶׂה שָׁלוֹם בִּמְרוֹמָיו הוּא יַעֲשֶׂה שָׁלוֹם עָלֵינוּ וְעַל כָּל יִשְׂרָאַל, ועל כל יושבי תבל וְאִמְרוּ אָמֵן.

    4 – birkat yeladim – bénir ses enfants

    Que l’Eternel te bénisse et te protège !

    Que l’Eternel t’illumine de sa splendeur et tourne sa face vers toi !

    Que l’Eternel t’apporte la paix !

    yassimHa élohim kéephraïm véHiménaché, YassimeH élohim késsara rivka raHel véléa

    YévaréHéHa adonaï véyichméréHa / Yaèr adonaï panav éléHa viHounéka / Issa adonaï panav éléHa véyassem léHa chalom

    יְשִׂמְךָ אֱלֹהִים כְּאֶפְרַיִם וְכִמְנַשֶּׁה

    ישימך אלהים כשרה, רבקה, רחל ולאה

    יְבָרֶכְךָ ה’ וְיִשְׁמֶרְךָ.

    יָאֵר ה’ פָּנָיו אֵלֶיךָ וִיחֻנֵּךָּ.

    יִשָּׂא ה’ פָּנָיו אֵלֶיךָ וְיַשֵּׂם לְךָ שָׁלוֹם.

     

    5 – Kidouch du Samedi midi –

    Les enfants d’Israël garderont le chabbat pour faire le chabbat, pour leurs générations, en alliance éternelle. Entre moi et les enfants d’Israël, elle est un signe éternel, car en six jours l’Eternel a fait les cieux et la terre et pendant le 7e jour, il s’est arrêté et s’est « reposé » (Ex. 31 :16-17)

    Souviens-toi du jour du chabbat pour le rendre spécial, pendant six jour tu travailleras et tu feras toutes tes oeuvres et le septième jour est un arrêt pour l’Eternel tes forces, tu n’y feras aucune œuvre, toi, ton fils, ta fille, ton serviteur, ta servante, ton bétail, ton résidant qui est dans tes portes, car en six jours l’Eternel a fait les cieux et la terre, la mer et tout ce qu’ils contiennent, et il s’est posé le septième jour, pour cette raison l’Eternel a béni le jour du chabbat et l’a rendu spécial. (Ex. 20 :7-10)

    Allez mes amis ! Pour la vie !

    Tu es une bénédiction Eternel notre dieu roi du monde qui crée le fruit de la vigne.

    Véchamérou béné israel et hachabat laassot et hachabat lédorotam bérit olam, beini ouvein béné israel ot hi léolam ki chéchet yamim assa adonaï et hachamaïm véèt haaretz ouvayom hachévii chabat vayinafach…

    Al kén béraH adonaï et yom hachabat vayékadchéhou

    Savré Havéraï « LéHaim »

    BarouH ata adonaï élohénou méleH haolam boré péri hagafen

    וְשָׁמְרוּ בְנֵי-יִשְׂרָאֵל, אֶת-הַשַּׁבָּת, לַעֲשׂוֹת אֶת-הַשַּׁבָּת לְדֹרֹתָם, בְּרִית עוֹלָם. בֵּינִי, וּבֵין בְּנֵי יִשְׂרָאֵל—אוֹת הִיא, לְעֹלָם: כִּי-שֵׁשֶׁת יָמִים, עָשָׂה יְהוָה אֶת-הַשָּׁמַיִם וְאֶת-הָאָרֶץ, וּבַיּוֹם הַשְּׁבִיעִי, שָׁבַת וַיִּנָּפַשׁ.

    זָכוֹר אֶת-יוֹם הַשַּׁבָּת, לְקַדְּשׁוֹ. שֵׁשֶׁת יָמִים תַּעֲבֹד, וְעָשִׂיתָ כָּל-מְלַאכְתֶּךָ. וְיוֹם, הַשְּׁבִיעִי—שַׁבָּת, לַיהוָה אֱלֹהֶיךָ: לֹא-תַעֲשֶׂה כָל-מְלָאכָה אַתָּה וּבִנְךָ וּבִתֶּךָ, עַבְדְּךָ וַאֲמָתְךָ וּבְהֶמְתֶּךָ, וְגֵרְךָ, אֲשֶׁר בִּשְׁעָרֶיךָ. כִּי שֵׁשֶׁת-יָמִים עָשָׂה יְהוָה אֶת-הַשָּׁמַיִם וְאֶת-הָאָרֶץ, אֶת-הַיָּם וְאֶת-כָּל-אֲשֶׁר-בָּם, וַיָּנַח, בַּיּוֹם הַשְּׁבִיעִי; עַל-כֵּן, בֵּרַךְ יְהוָה אֶת-יוֹם הַשַּׁבָּת—וַיְקַדְּשֵׁהוּ. סברי חברי  לְחַיִּים

    בָּרוּךְ אַתָּה יְיָ אֱלֹהֵינוּ מֶלֶךְ הָעוֹלָם בּוֹרֵא פְּרִי הַגָּפֶן

    6 – une étude – béréchit rabba 11:4

    “bénissez avec des délices”, Rabbi Yéhouda hanassi fit un repas pour Antoninous le chabbat, il lui a amené des mets froids, il es a mangés et les a aimé. Il lui a fait un repas en semaine, il lui a amené des mets fumants, il lui a dit: “les autres me plaisaient davantage que ceux-ci”, il lui a dit: “il leur manque une épice”, il lui a dit: “ Est-ce que le trésor royal manque de quoi que ce soit?” Il lui dit “c’est du chabbat qui manque, as-tu du chabbat?”

    בראשית רבה י״א:ד׳ (ד) ברכו במטעמים, רבינו עשה סעודה לאנטונינוס בשבת, הביא לפניו תבשילין של צונן אכל מהם וערב לו, עשה לו סעודה בחול הביא לפניו תבשילין רותחין, א »ל אותן ערבו לי יותר מאלו, א »ל תבל אחד הן חסרין, א »ל וכי יש קלרין של מלך חסר כלום אתמהא, אמר לו שבת הן חסרין אית לך שבת אתמהא

    8 – la havdala – revenir au temps de l’action

    Voilà, force de ma libération, j’aurai confiance et je n’aurai pas peur, car l’Eternel est ma force et mon chant, l’Eternel ! et il y aura pour moi une libération. Et vous puiserez de l’eau dans la joie aux sources de la libération. (Isaïe 12 :2) La libération et pour l’Eternel, que ta bénédiction soit sur ton peuple, séla (Ps.3 :9) L’Eternel des unités est avec nous, il est un abris pour nous, les force de Jacob, séla (Ps. 46 :12) Eternel des unités, heureux celui qui te fait confiance (Ps.84 :13) L’Eternel libère, le roi nous répondra le jour où nous l’appellerons. (Ps.20 :10) Pour les juifs il y eut de la lumière et de la joie, de l’allégresse et du respect, qu’il en soit de même pour nous (Esther 8 :16) Je soulèverai la coupe des libérations et j’appellerai le nom de l’Eternel (Ps.116 :13, hallel)

    Eternel, libère-nous, Eternel fais-nous réussir ! (Ps.118 :25) Fais-nous réussir, fais réussir…

    Allez mes amis ! Pour la vie !

    Tu es une bénédiction Eternel notre dieu roi du monde qui crée le fruit de la vigne. TebEndrdm qui créée toutes sortes de parfums. TebEndrdm qui créée les lumières de feu.

    TebEndrdm nos forces roi du monde qui sépare le sacré du commun, la lumière des ténèbres, Israël des autres peuples, le septième jour des six jours de la création.

    TebEndrdm qui sépare le sacré du commun

    Ana adonaï hochia na, ana adonaï hatsliHa na, hatslihénou hatsilaH déraHénou (notre chemin) hatsliaH limoudénou (notre étude) hatsliaH michpéHoténou (nos familles) hatsliaH Havrénou (nos amis)…

    Savré Havéraï – LéHaïm

    BAROUH ATA ADONAI ELOHENOU MELEH HA0LAM bore péri hagafen

    BAAEMH bore miné béssamim

    BAAEMH bore méoré haèch

    BAAEMH hamavdil bein kodech léHol ouvein or léHocheH ouvéin israel laamim ouvein yom hachévii léchéchet yémé hamaassé,

    BAA hamavdil bein kodech léHol

    הִנֵּה אֵל יְשׁוּעָתִי אֶבְטַח, וְלֹא אֶפְחָד:  כִּי-עָזִּי וְזִמְרָת י-ה ה’, וַיְהִי-לִי לִישׁוּעָה.  וּשְׁאַבְתֶּם-מַיִם, בְּשָׂשׂוֹן, מִמַּעַיְנֵי, הַיְשׁוּעָה.  לה’ הישועה על עמך ברכתך סלה.  יְהוָה צְבָאוֹת עִמָּנוּ מִשְׂגָּב לָנוּ אֱלֹהֵי יַעֲקֹב סֶלָה. ה’ צבאות אשרי אדם בוטח בך.ה’ הושיעה, המלך יעננו ביום קראנו. לַיְּהוּדִים, הָיְתָה אוֹרָה וְשִׂמְחָה, וְשָׂשֹׂן, וִיקָר.  כן תהיה לנו.    כּוֹס-יְשׁוּעוֹת אֶשָּׂא;    וּבְשֵׁם ה’ אֶקְרָא.

    אָנָּא ה’, הוֹשִׁיעָה נָּא;    אָנָּא ה’, הַצְלִיחָה נָּא. הצליחנו הצליח…

    סברי חברי           לְחַיִּים

    בָּרוּךְ אַתָּה יְיָ אֱלֹהֵינוּ מֶלֶךְ הָעוֹלָם בּוֹרֵא פְּרִי הַגָּפֶן

    בָּרוּךְ אַתָּה ה’, אֱלהינוּ מֶלֶךְ הָעולָם, בורא מיני בשמים.

    בָּרוּךְ אַתָּה ה’, אֱלהינוּ מֶלֶךְ הָעולָם, בורא מאורי האש.

    בָּרוּךְ אַתָּה ה’, אֱלהינוּ מֶלֶךְ הָעולָם, המבדיל בין קודש לחול, בין אור לחושך, בין ישראל לעמים, בין יום השביעי לששת ימי המעשה.

    בָּרוּךְ אַתָּה ה’ המבדיל בין קודש לחול.

    Elie le Prophète, Elie de Tichbi, Elie de Gilad, nous viendra bientôt avec le messie fils de David

    Myriam la Prophétesse, la force et le chant sont dans sa main, Myriam dansera avec nous pour réparer le monde

    Eliyahou hanavi, éliyahou hatichbi, éliyahou haguiladi, bimhéra yavo élénou im machiaH ben david

    Myriam hanévia, oz vézimra béyada myriam tirkod itanou létaken et haolam

    אליהו הנביא אליהו התשבי אליהו הגלעדי במהרה יבוא אלינו עם משיח בן דוד.

    מרים הנביאה עוז וזמרה בידה מרים תרקוד אתנו לתקן את העולם